TuniLeaks: Anonymous in Tunesien und Zimbabwe

Gerd R. Rueger 05.01.2011

Anonymous-Aktivisten legten wieder Webseiten von Staaten lahm, die WikiLeaks-Enthüllungen im Netz blockieren wollen: Die Regierungswebseiten von Zimbabwe und Tunesien. Vergeltung für die Blockade von TuniLeaks. Der erste DDoS-Angriff erfolgte Anfang des neuen Jahres auf die Regierungssite von Tunesien. Das Portal www.tunisia.gov.tn war nicht mehr erreichbar. Laut einem Bericht von The Next Web vom 07.12.2010 hatte die Ben-Ali-Diktatur Machenschaften unternommen, um WikiLeaks-Webseiten und sogar Websites, die auf WikiLeaks verlinkt waren, für tunesische Internetuser zu blockieren. Unter anderem wurde TuniLeaks blockiert, das speziell WikiLeaks-Dokumente beleuchtete, die diplomatische Geheimnisse über Tunesien beinhalten. Darin bezeichnete ein US-Diplomat Tunesien unter anderem als „Polizeistaat“, so der standard aus Wien.

TuniLeaks, les documents dévoilés par Wikileaks concernant la Tunisie part 3
Mise à jour biographique sur l'EL Matri, interlocuteur réconfortant de Sakher,
 soulevant son profil en-tête VZCZCXYZ0000 pp RUEHWEB d'OriginEmbassy Tunis ClassificationSECRET//NOFORN de 04:35 de 09TUNIS338 Date03/06/2009 DE RUEHTU #
  • Anonymous-Aktivisten rufen im Web zu Aktionen gegen WikiLeaks-Gegner auf: Hier wird die Tunesische Regierung von Diktator Ben Ali aufs Korn genommen. Seine Geheimpolizei hatte TuniLeaks-Dokumentationen aus den US-Botschafts-Depeschen von Wikileaks blockieren wollen, die seine Diktatur in ein schlechtes Licht rückten. Dieser Versuch schlug fehl.

Netzaktivisten der lose organisierten Anonymous-Gruppierung haben in den vergangenen Tagen erneut Netzauftritte der Regierungen von Zimbabwe sowie auch von Tunesien mit Hilfe von DDOS-Angriffen auf die Server blockiert.

Auch ein DDOS-Angriff auf Zimbabwe

Die Distributed Denial of Service (DDoS)-Attacke auf Zimbabwes offiziellen Internetauftritt erfolgte bereits am 30. 12.2010, nachdem die Frau des Präsidenten Robert Mugabe eine lokale Zeitung aufgrund der Veröffentlichung von WikiLeaks-Dokumenten über die Verstrickung des Regimes mit illegalen Diamanten-Geschäften auf rund 11 Millionen Euro verklagt hatte.  Sowohl die Website www.gta.gov.zw als auch die Site des Finanzministers waren betroffen. Am 05.01.2011 war die Regierungsseite abermals nicht abrufbar. „Wir greifen Mugabe und dessen Regime der ZANU-PF an, das die freie Presse ihrer Rechte beraubt und jedem droht, der WikiLeaks veröffentlicht“, verlautbarte Anonymous.

Im Vorfeld des Angriffs riefen Aktivisten über Webseiten von Anonymous zur Mithilfe auf. Darin hieß es, „die Zeit der Wahrheit ist gekommen. Eine Zeit, in der Menschen ihre Meinung zum Ausdruck bringen und von überall aus der Welt gehört werden können“. Die Regierung Tunesiens wolle „die Gegenwart mit Missinformation kontrollieren“, warnten die Aktivisten und wandten sich dabei genauso an die Bevölkerung wie die Regierung selbst. „Das ist eine Warnung an die Tunesische Regierung: Angriffe auf die Rede- und Informationsfreiheit der Bürger werden nicht toleriert… Befreit das Netz und die Attacken werden aufhören“, drohten die Aktivisten und kündigten bei Weiterführung der Kontrollmechanismen schwerwiegendere Maßnahmen an. Damit setzte Anonymous die Angriffe auf WikiLeaks-Gegner fort. Anfang Dezember 2010 nahmen die Aktivisten US-Finanzdienstleister wie PayPal oder VISA ins Visier, nach dem die Unternehmen im Dienste der US-Regierung Wikileaks die Konten gesperrt und sich rechtswidrig die Spendengelder einbehalten hatten. Weitere Spendenmöglichkeiten waren damit auch blockiert, was Wikileaks Millionenverluste beschert haben dürfte.

von TuniLeaks:

E.O. 12958: DECL: 01/28/2020
TAGS: PREL, PGOV, PHUM, KTIP, TS
SUBJECT: SENIOR GOT OFFICIAL CALLS FOR „NEW PAGE“ IN
U.S.-TUNISIA RELATIONS

REF: TUNIS 66

Classified by Ambassador Gordon Gray for reasons 1.4 (b) and (d).

1. (C) Summary: Saida Chtoui, one of two de facto deputy ministers in Tunisia’s Ministry of Foreign Affairs, told visiting DAS Sanderson on January 26 that the U.S. and Tunisia „have a lot of work to do together,“ that Tunisia’s new Foreign Minister is „open minded,“ and that Tunisia wants to „build stronger political relations“ with the U.S. Chtoui maintained that Tunisia was striving to find the right balance among security, development, and democratic process, and insisted Tunisia deserved more credit for its social achievements. Responding to DAS Sanderson’s expression of concern about human rights and a recent crackdown against independent journalism, Chtoui dismissed dissident journalists as poseurs and profiteers and complained, relatively mildly, about Tunisia’s mention in the Secretary’s January 21 speech on Internet freedom. This prompted a spirited exchange on freedom of expression, in which Chtoui linked moves in the U.S. to ban Al-Manar TV to Tunisia’s censorship of „dangerous“ websites. The Ambassador openly wondered what threat was posed by sites such as Freedom House. At the close of what remained throughout a friendly discussion, Chtoui pledged Tunisia’s full support for U.S. efforts to revive Middle East peace talks (reftel). End summary.

2. (C) DAS Sanderson met for one hour on January 26 with Saida Chtoui, the veteran Tunisian diplomat now serving as Secretary of State for Asia and the Americas (Deputy Minister equivalent) at the conclusion of her January 25-27 visit to Tunis. Chtoui rolled out a rhetorical red carpet for her guest, opening the meeting with the declaration that Tunisia seeks „stronger political ties“ and would like to „open a new page“ with the U.S. Indicating Tunisia would welcome more high level USG visits, Chtoui asked about „her friend“ Assistant Secretary Feltman, and noted that President Ben Ali holds Under Secretary Burns in very high regard and „really enjoys talking with him…. Our new Foreign Minister is very open minded,“ Chtoui continued, „…there is much work we can do together. We feel positive change with the arrival of the new U.S. Ambassador. Things are changing and moving forward.“ (…)

——-

TuniLeaks, les documents dévoilés par Wikileaks concernant la Tunisie part 3 —->30.11.2010

TuniLeaks, les documents dévoilés par Wikileaks concernant la Tunisie part 3
Mise à jour biographique sur l’EL Matri, interlocuteur réconfortant de Sakher,
soulevant son profil en-tête VZCZCXYZ0000 pp RUEHWEB d’OriginEmbassy Tunis ClassificationSECRET//NOFORN de 04:35 de 09TUNIS338 Date03/06/2009 DE RUEHTU #0338 1541635 ZNY SSSSS ZZH P 031635Z le 9 juin FM AMEMBASSY TUNIS au contenu COLLECTIF S LA COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE R E T TUNIS 000338 PRIORITAIRE de l’information RUCNMGH/MAGHREB PRIORITAIRE 6339 de Washington D C de RUEHC/SECSTATE NOFORN SIPDIS NEA/MAG POUR (MHAYES, JPATTERSON) ET INR (TKING) E.O. 12958 : DÉCLASSEMENT : 06/02/2019 d’ÉTIQUETTES : PINR, GESTION DES DÉBORDEMENT DE PAGE, PREL, SUJET DE SOLIDES TOTAUX : MISE À JOUR BIOGRAPHIQUE SUR SAKHR EL-MATRI, INTERLOCUTEUR RÉCONFORTANT, SOULEVANT SON PROFIL Référence : A. TUNIS 108 B. 08 TUNIS 97689 Classifié par : L’Ambassadeur Robert F. Godec pour les raisons 1.4 (b) et (d)

1. (S/NF) Le Président Ben Ali‘ d’EL-Matri de Sakhr ; le fils de s a assisté à une réception accueillie par l’Ambassadeur le 26 mai. Il est resté pendant deux heures parlant avec une large variété des invités, particulièrement les Américains. Il a fait une remarque de demander qui il devrait savoir et rester en contact avec à l’ambassade. Il était un peu plus réservé avec les invités tunisiens, parlant avec eux mais seulement brièvement avant de passer. Son anglais était tout à fait bon et il a clairement eu plaisir à l’employer. Généralement il s’est présenté d’une façon modeste discrète et réconfortante quoique sa présence ait été clairement marquée par les invités.

2. (c) El-Matri‘ ; le profil de s a été sur l’élévation récemment. Il était sur la couverture du 25 mai Jeune Afrique après l’achat de la maison d’édition de Dar Assabah, qui édite deux de Tunisia‘ ; journaux principaux Assabah et Le Temps de s, de ce fait s’ajoutant à son empire de médias qui inclut déjà la radio de Quranic Zeitouna. Il s’est assis directement derrière le Président Ben Ali pendant l’allumette de football finale de la tasse présidentielle, et il était présent où le ministre d’État et le conseiller présidentiel Ben Dhia ont parlé à une réunion du rassemblement constitutionnel Democratic d’acte (RCD) dans Sousse le 26 avril au sujet de government‘ ; plans de s pour les élections présidentielles prochaines.

3. (SBU) Pendant la réception l’EL-Matri a discuté ses plans pour Assabah et Le Temps disant qu’il avait loué une société française pour améliorer le regard des papiers et cela il avait loué Faisal Battout, le chef de bureau d’AFP dans Doha, pour être le nouveau rédacteur d’Assabah. Il devrait arriver à Tunis autour du 15 juin. (Commentaire : Si on permet à Battout, qui est bien connu à la PA, de fonctionner indépendamment c’est un bon signe pour les journaux.) Il a également mentionné, dans le cadre de discuter le programme d’AMIDEAST, qu’il avait parlé au président au sujet de l’importance de l’instruction d’anglais.

4(c) Sur une note personnelle : EL-Matri a indiqué qu’il a aimé s’exercer mais ne pas courir. Il a dit qu’il essayait de perdre le poids, et il a bu le coke de régime à la réception. Il a également dit qu’il commençait un nouveau régime d’exercice et utilisé que comme raison pour laquelle il avait cessé de fumer une conduite d’eau. Il est sorti de sa manière de demander si son nouveau manoir en construction à côté de la résidence bloquait la vue de mer d’un quelconque de ses voisins. EL-Matri a visité le Canada en mai l’où son épouse a donné naissance à une fille et à un nouveau citoyen canadien. Il a également acheté une villa au belvédère de 70 endroits, Westmont Canada, Mme de propriétaire précédent Leslie Osmond pour approximativement 2.5 millions de dollars canadiens.

5. (S/NF) Commentaire : En acceptant l’Ambassador‘ ; l’invitation de s et en restant tant que il a fait EL-Matri montrait son intérêt en augmentant ses contacts avec l’ambassade. Notamment EL-Matri également a invité l’ambassadeur dehors à déjeuner ou le dîner, que l’ambassadeur a acceptés. L’ambassade a prolongé l’invitation à EL-Matri de Sakhr dans le cadre d’un événement visé à l’Ambassador‘ ; voisins de s dans Sidi Bou dit et avec l’intention à finir par le connaître mieux. Godec

Obtenu demande à des Européens de ne pas prendre aux détenus tunisiens de Guantanamo le 27 novembre 2010 en-tête VZCZCXYZ0000 OO RUEHWEB d’OriginEmbassy Tunis ClassificationSECRET//NOFORN de 03:49 de 09TUNIS415 Date23/06/2009 DE RUEHTU #0415/01 1741549 ZNY SSSSS ZZH O 231549Z le 9 juin FM AMEMBASSY TUNIS VERS WASHINGTON D C 6474 RUEAWJA/DEPARTMENT IMMÉDIATS de RUEHC/SECSTATE De l’INFORMATION IMMÉDIATE RUCNMGH/MAGHREB RUEHRL/AMEMBASSY IMMÉDIAT COLLECTIF BERLIN 0186 RUEHMD/AMEMBASSY IMMÉDIATS MADRID 0546 RUEHRO/AMEMBASSY IMMÉDIATS ROME 0804 IMMÉDIATS RUEKJCS/SECDEF de JUSTICE de WASHINGTON DC IMMÉDIAT de WASHINGTON D C S content la COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE R E T TUNIS 000415 NOFORN SIPDIS ÉTAT : NEA/MAG (SWILLIAMS, MNARDI, MHAYES) AUSSI POUR DRL : KMCGEENEY, S/WIC : PASSAGE DOD/OSD D’ARICCI : ALIOTTA, DOJ/ODAG : MSTRANSKY E.O. 12958 : DÉCLASSEMENT : 06/23/2019 d’ÉTIQUETTES : PHUM, PREL, KDRG, PTER, SUJET DE SOLIDES TOTAUX : OBTENU DEMANDE À DES EUROPÉENS DE NE PAS PRENDRE LES DÉTENUS TUNISIENS DE GUANTANAMO Référence : A. TUNIS 407 B. TUNIS 339 C. TUNIS 32 D. 08 TUNIS 1137 ET PRÉCÉDENT Classifié par : L’Ambassadeur Robert F. Godec pour les raisons 1.4 (b) et (d)
——- RÉSUMÉ ——-
1. (S/NF) Un fonctionnaire aîné d’AMF a convoqué l’allemand, italien et les chefs espagnols de la mission le 19 juin pour les informer OBTENU veut les détenus tunisiens dans le camp de Guantanamo retourné à la maison. Selon le COMs européen, le message implicite était que leurs gouvernements ne devraient pas accepter la demande des USA de prendre les détenus tunisiens. Le COMs ont informé que leurs capitaux, mais n’ont aucune réponse encore. Lors d’une réunion le 22 juin, un petit groupe d’ambassadeurs (le le COMs allemand et italien y compris) a discuté les démarches d’AMF. Parmi les ambassadeurs, les vues ont différé sur les risques aux prisonniers tunisiens, mais certains ont indiqué qu’il y a une possibilité de torture ou de traitement pour n’importe qui accusé du terrorisme. Résumé d’extrémité.

————————————

http://jridi.blogspot.de/2010/11/tunileaks-les-documents-devoiles-par.html

TuniLeaks, les documents dévoilés par Wikileaks concernant la Tunisie : Quelques réactions à chaud

Nawaat relaye, en exclusivité, une partie des documents secrets qui concernent la Tunisie dévoilés par Wikileaks. Le site qui a déjà été à l’origine de la fuite de milliers de documents sur l’engagement américain en Irak et en Afghanistan. Les documents sont issus du réseau SIPRNet (Secret Internet Protocol Router Network) de l’administration américaine utilisé pour la transmission de mémos diplomatiques et autres documents secrets. Tous les documents relatifs à la Tunisie sont classés secrets : (Classification SECRET//NOFORN). « Noforn », qui est une restriction supplémentaire, signifie « Not releasable to Foreign Nationals », autrement dit « non diffusable aux étrangers ».

Cette première partie, que nous avons nommée TuniLeaks, est composée de 17 documents qui révèlent la teneur des échanges entre l’ambassade US en Tunisie et le département des Affaires étrangères américain. Lesdits rapports sont relativement récents et ont été transmis entre le 28 Mai 2008 et le 9 février 2010. Parmi les 17 rapports, 2 sont rédigés par l’actuel ambassadeur des États-Unis d’Amérique à Tunis Gordon Gray, et 15 par son prédécesseur. Cette première partie de câbles diplomatiques entre l’ambassade US à Tunis et Washington sera suivie par d’autres parties que nous publierons au fur et à mesure.

Il est important ici de signaler qu’il s’agit donc des câbles du pouvoir civil par opposition aux instances militaires. Pour le cas des documents auxquels nous avons eu accès, en l’occurrence ceux concernant la Tunisie, il est frappant de relever la place des préoccupations américaines relatives aux droits de l’Homme. Ce qui pour nous a été une surprise, d’autant plus qu’il ne s’agit pas de communiqués publics destinés à calmer des ONG, mais des échanges privés entre des diplomates. Sans aucun doute, l’ensemble des documents mis en ligne par Wikileaks révélera-t-il, s’agissant d’autres pays, des éléments qui heurtent des principes de droit de l’Homme. Mais pour le cas de la Tunisie, cela ne semble pas avoir été le cas au sein des documents dont nous avons disposés.

Nos premières appréciations sur le contenu sont des appréciations à chaud. Mais nous aurons l’occasion de revenir dessus après plusieurs lectures approfondies, seules à même de permettre de saisir des détails qui pourraient sembler anodins à première vue.

Il serait trop long de revenir sur tous les éléments évoqués par ces documents dans cette présentation. Néanmoins, nous avons retenu quelques aspects qui ont accroché les membres de l’équipe de Nawaat, notamment les préoccupations américaines relatives aux droits de l’Homme (I), la perception des US de la pratique du pouvoir en Tunisie (II), le profil de certaines personnalités (III) et l’aspect troublant de quelques éléments dont on ne trouve quasiment pas de traces dans ces mêmes documents (IV).

Les préoccupations américaines des questions relatives aux droits de l’Homme

C’est sans doute l’un des aspects les plus surprenants que l’on découvre au sein de ces documents. Tant et si bien, qu’il n’est pas exagéré de dire que le premier bénéficiaire de cette fuite, ce sont les USA. D’où, d’ailleurs, le fait d’envisager toutes les éventualités concernant l’origine de la fuite.

Sur Nawaat, nous ne nous sommes jamais privés de dénoncer les connivences de l’administration américaine avec les responsables Tunisiens et (Arabes en général) en matière de violation des droits de l’Homme. Or, ces documents montrent que les choses ne sont pas aussi simples et que leur souci quant au respect des droits de l’Homme en Tunisie est réel, tout comme les pressions diplomatiques en ce sens. Si en de nombreux endroits, il est question de conditionner certaines aides au regard des avancés en terme de libéralisation politique, les choses deviennent surprenantes quand on lit qu’il est même envisagé de reconsidérer les aides militaires par rapport à ce critère. …

http://jridi.blogspot.de/2010/11/tunileaks-les-documents-devoiles-par.html

Schreibe einen Kommentar

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s